BannPPE

 

Deux coucous ne font pas l’histoire.

Vous connaissez le coucou… Non pas celui du carillon de grand-mère. Cet oiseau fainéant qui s’installe dans le nid des autres pour que le propriétaire du nid couve ses œufs à sa place, tâche jugée trop chronophage….

Il était une fois à la DR IDF France EST, deux coucous syndicaux qui adorent piquer le nid de la CGT quand ils ne lui volent pas dans les plumes… Dans une dernière communication, ces deux oiseaux syndicaux, la CFDT et la CFE/CGC, s’arrogent l’exclusivité du suivi et du succès des mesures prises pendant le confinement et celles en prévision du déconfinement, laissant à penser que ces deux syndicats ont le monopole de la concertation avec les employeurs.

Sauf qu’on a beau communiquer, la ruse n’est pas la vérité. Revenons aux faits…

Le confinement frappant le fonctionnement de nos entreprises, les élu.es CGT ont souhaité tout mettre en œuvre pour protéger l’intégrité physique et morale des agents et y participer pour informer proposer, s’opposer le cas échéant. Les employeurs ne l’entendaient pas ainsi, voulant être seuls décideurs.  La CFE et la CFDT n’ont dit mot et voulaient laisser la main aux employeurs pour dicter les droits et les conditions de travail en cette période exceptionnelle.

Le moyen pour les employeurs était simple :  sous prétexte de confinement, priver les élu.es de la libre circulation sur les sites. La CGT s’est vue contrainte, lors d’un CSE extraordinaire convoqué sous la pression de nos élu.es, de déposer un Danger Grave et Imminent.

Et que faisaient nos deux coucous lors du CSE… Ils chantaient…. Ils s’abstenaient lors du vote pour le DGI. « Aile contre aile » avec les employeurs, ils fustigeaient en séance nos élu.es qualifiant notre démarche de honteuse. Surprenant pour une démarche règlementaire et couronnée de succès, puisque le droit des élu.es à une liberté de circulation a été confirmé et, ce faisant une veille collective des mesures barrières indispensable aux agents au travail a pu être réalisée.

Voilà une petite mise au point, une mise à l’heure pour nos « coucous ».

La reprise du travail risque fort d’être mouvementée. Pas si facile de retrouver le travail, ses collègues après tant d’isolement et de crainte de l’environnement extérieur. Mouvementée, car la CGT a déjà des certitudes sur la volonté des employeurs de généraliser des dérogations, des organisations de travail acceptables uniquement pendant la pandémie.  Toutes et tous nous auront besoin d’unité, de solidarité, de collectif. Est-il utile de vous préciser que la CGT sera présente à vos côtés…  N’hésitez donc pas à nous contacter.

Retrouvez tous les comptes-rendus des instances sur le www.cgt-energies77.fr

Melun, le 26 Avril 2020