Merci patron, Merci Patron ...

Aucun répit pour les salariés. Les employeurs “désignent des volontaires” pour aller poser des concentrateurs les samedis dans les postes de distribution pour les compteurs Linky.
 

La raison ?

 
Un retard accumulé sur le programme de 2017. Normal lorsque l’on met la carotte aux entreprises prestataires. Ils courent pour faire un maximum de pose, mais à quel prix ?
Combien de presque accidents ou accidents d’origine électrique ? Plus d’un présenté à chaque CHSCT sur notre territoire du 77 !!!
 
Pourquoi un tel engouement pour faire aboutir ce projet faramineux ? Le BONUS versé à Enédis, dans l’hypothèse où 80% des compteurs seront mis en service d’ici 2020 par l’Union Européenne ? La maille financière dégagée par la vente des informations des usagers ? La suppression de milliers d’emplois à Enédis ?
 
Les gains relatifs aux « pertes non techniques » pour 1,9 Md€, des gains relatifs aux interventions techniques pour 1 Md€, des gains relatifs à la relève (désormais possible à distance) pour 0,7 Md€ et des gains dits «réseaux» pour 0,2 Md€ ?
On comprend mieux pourquoi notre maison mère EDF nous demande de remonter 83% de nos dividendes et la suppression de 2 700 NR !!! Dites NON, mais OUI au Service Public en se battant pour ne plus reporter les dépannages au lendemain. OUI à plus de considération de la part de nos employeurs en nous laissant rentrer plus tôt quand les conditions climatiques sont compliquées et que l’État demande de ne pas se servir de nos véhicules, de ne nous donner les moyens de travailler en toute sécurité et dans de bonnes conditions (locaux, matériel, vêtements etc…). Où est la répartition des richesses une fois de plus ? 0,2 % d’augmentation ?
 
Alors on peut comprendre qu’une fois de plus les employeurs profitent des salariés qui ont du mal à finir les fins de mois en leur proposant de venir travailler le samedi. A quand le dimanche pour le capitalisme et “au revoir la famille” ? N’oublions pas les batailles menées par nos parents, grands parents pour nous donner un monde meilleur.
 
Ne les laissons pas tout nous reprendre.
 
Ne nous trompons pas de combat. Allons chercher notre dû. La CGT ne demande pas 200€ d’augmentation par hasard et pour le plaisir.
 
Nous savons que les temps sont durs et que nous devons nous battre contre la monarchie qui est en train de s’installer.
 

TOUS ENSEMBLE AVEC LA CGT !

Pièce(s) jointe(s) à l'article: