La CGT

S'abonner à flux La CGT La CGT
CGT.fr est le site de la confédération générale du travail. Il vous donne accès aux ressources documentaires de la CGT, et vous offre aussi la possibilité de vous syndiquer.
Mis à jour : il y a 6 heures 33 min

Le groupe Vauban va rembourser un million d'euros à ses salarié.e.s !!

ven, 13/04/2018 - 15:06
Santé

Le groupe Vauban, propriétaire de la clinique Livry-Gargan, devra rembourser 1 million d'euros aux salarié-e-s !

Les salarié-e-s de la Clinique de Livry-Gargan, bénéficiaient jusqu'à la reprise par le groupe Vauban Santé en 2013, d'une prime de fin d'année égale à un mois de salaire annuel brut moyen. Le groupe Vauban cherche alors à transformer cette prime — obtenue par des accords collectifs de juin 2015 et avril 2011 — en prime liée à des critères d'activités et de résultats. Changement de paradigme !

Sur ce fait, L'Union locale CGT dénonce la violation des accords de 2011 et engage une procédure devant le tribunal d'instance de Bobigny, qui par le jugement rendu le 27 octobre 2016, ordonne au groupe à verser la prime de fin d'année selon les accords d'entreprise de 2011. Le groupe Vauban saisit alors la cour d'appel de Paris en février 2018, qui confirme le jugement du TGI de Bobigny.

Pour la CGT, c'est une indéniable victoire pour les 125 salarié-e-s. Elle estime à 1 million d'euros la somme due par le groupe Vauban. Mais malgré ce jugement clair, le groupe projette d'organiser des entretiens individuels pour renégocier les sommes, jusqu'à trois fois moins que la prime due. La CGT soutient les salarié-e-s qui, de leur côté, ne veulent rien lâcher. Elle suit de près la situation de cette clinique à Livry-Gargan et la stricte application de la décision de justice.

Étudiants, cheminots : convergence des luttes à Tolbiac

ven, 13/04/2018 - 10:02

En lutte contre le projet ORE, des étudiants occupent la faculté de Tolbiac à Paris. Ce 11 avril, une délégation de la FERC-CGT et des cheminots de la gare d'Austerlitz sont venus leur prêter main forte, face à des menaces d'évacuation manu militari, qui finalement n'ont pas eu lieu. Reportage.

Éducation nationale

Stop à la guerre

jeu, 12/04/2018 - 17:18
SYRIE

La CGT tient à exprimer son inquiétude concernant la situation créée par l'emploi présumé d'armes chimiques en Syrie.
La CGT réclame l'ouverture d'une enquête conduite par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Pour rappel, cette institution internationale a pour objectif de veiller à l'application de la Convention Internationale sur les armes chimiques des Nations Unies, par les États membres l'ayant signée.
Nous sommes donc opposés à la mise en place d'une commission soi-disant « indépendante » sous contrôle des USA ou de l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord). Rappelons que l'OTAN est une organisation politico-militaire illégale au regard des lois internationales.
Autant nous pensons qu'il faut respecter impérativement l'interdiction de l'utilisation d'armes chimiques conformément aux conventions internationales, autant nous sommes contre une surenchère militaire qui risquerait de causer l'emploi d'autres armes sophistiquées de destruction massive.
Les conséquences de cette surenchère seraient imprévisibles mais en tout cas dramatiques.

La lutte pour la Paix s'inscrit dans les priorités de la CGT
Aucune intervention militaire, aucune action violente ne saurait permettre le rétablissement d'une paix juste et durable dans l'intérêt des peuples de cette région mille fois meurtrie.
Ces guerres sont étroitement liées, impliquant des puissances militaires mondiales et régionales à la recherche de zones d'influence, de bases militaires, de marchés, de voies de communication terrestres, aériennes, maritimes ainsi que de voies d'acheminement du gaz et du pétrole et d'accès à la mer.
Les populations en souffrent.
Ce sont surtout les marchands d'armes qui en tirent bénéfice.
Les dirigeants politiques les plus habiles et les plus démagogues en profitent afin de faire perdurer leur pouvoir autocratique, en réprimant les droits et libertés.
Il est urgent de trouver une solution politique pour éviter un conflit aux conséquences incalculables.
Plus de 350 000 morts en 7 ans, il est urgent de trouver une solution politique, sous l'égide de l'ONU, pour le peuple syrien. La guerre est toujours un échec. Elle conduit au chaos et enfante des monstruosités dont sont victimes les peuples et les populations civiles jetées sur le chemin de l'exil.

Nous réaffirmons l'urgence d'initiatives pour œuvrer :
à l'arrêt total des bombardements et à un cessez-le-feu durable ;
au respect du droit humanitaire par l'ensemble des parties prenantes ;
à une solution politique à travers un processus de négociations impliquant tous les acteurs concernés (en dehors de Daesh et de ses affiliés), sous l'égide de l'ONU et s'appuyant sur des documents ayant fait l'unanimité des États membres du conseil de sécurité.

Montreuil, le 12 avril 2018

Les trois fonctions publiques

jeu, 12/04/2018 - 17:15

En France, la fonction publique est composée de trois versants (État, territoriale et hospitalière), qui ensemble, emploient 5,65 millions d'agents fin 2015 (5,45 millions d'agents hors contrats aidés), soit un salarié sur cinq (source : Rapport annuel sur l'état de la fonction publique, 2017).

À savoir Sommaire

Les agents de la Fonction publique sont employés, sous des statuts divers, par les services civils et militaires de l'État, les conseils régionaux, les conseils généraux, les communes, les établissements publics nationaux et locaux à caractère administratif, les hôpitaux publics, les maisons de retraite et les autres établissements sociaux et médico-sociaux.

À côté de la fonction publique, des missions de service public sont assurées par certains organismes publics qui ne font pas partie de la fonction publique, par des organismes privés financés par les collectivités publiques, ainsi que par des entreprises publiques (La Poste, la SNCF, la RATP, EDF, GDF, Aéroports de Paris, etc.). Chaque fonction publique est régie par des dispositions particulières à caractère national. Les différentes fonctions publiques ont vu leur statut général unifié par la loi du 13 juillet 1983 (titre I - statut général) tout en précisant et préservant les spécificités de chaque secteur :
Titre II pour les fonctionnaires de l'État ;
Titre III pour les fonctionnaires territoriaux ;
Titre IV pour les fonctionnaires hospitaliers.

Les magistrats et militaires sont régis par un statut particulier.
Les emplois de la fonction publique sont répartis en trois catégories hiérarchiques, chaque catégorie étant elle-même constituée de nombreux corps correspondant généralement aux diverses filières des métiers.

La fonction publique d'État

Les emplois de la fonction publique d'État se répartissent entre les administrations centrales de l'État et les services déconcentrés.
Il s'agit dans le premier cas des services centraux des ministères, situés généralement à Paris, ayant en charge la conception et la coordination des actions de l'État au niveau national.
Dans le deuxième cas, ils concernent les actions de l'État au niveau de la région et du département (préfectures, rectorats, directions départementales...).
De nombreux fonctionnaires exercent leurs fonctions dans les établissements publics d'enseignement (universités, lycées, collèges), ainsi que dans les établissements publics administratifs rattachés aux différents ministères.

La fonction publique territoriale

Elle regroupe les personnels des collectivités territoriales (communes, départements, régions), des structures intercommunales (communautés d'agglomérations, communautés de communes…) des établissements publics et des offices publics d'HLM.
La fonction publique territoriale emploie 1,895 million d 'agents titulaires, non titulaires et emplois aidés (hors Paris). En proportion croissante, elle représente plus du tiers de l'ensemble des fonctionnaires.
Elle s'est structurée à la suite du mouvement de décentralisation des années quatre-vingts. La loi du 26 janvier 1984 pose les principes généraux définissant le cadre d'action et d'organisation de cette fonction publique.

La fonction publique hospitalière

La fonction publique hospitalière, telle que la définit la loi du 9 janvier 1986 concerne aujourd'hui un peu plus d'un million d'agents. Elle regroupe, à l'exception du personnel médical (médecins, biologistes, pharmaciens et orthodontistes), l'ensemble des emplois des établissements suivants :
• les établissements d'hospitalisation publics ;
• les maisons de retraite publiques ;
• les établissements publics ou à caractère public relevant des services départementaux de l'aide sociale à l'enfance ;
• les établissements publics pour mineurs ou adultes handicapés ou inadaptés ;
• les centres d'hébergement et de réadaptation sociale publics ou à caractère public.

Chiffres clés au 31 décembre 2015

5,45 millions de personnes travaillent dans les trois versants de la fonction publique
FPE : 2,40 millions
FPT : 1,89 million
FPH : 1,16 million
dont 942 200 contractuels
Le taux d'administration est de 72 agents pour 1000 habitants

(Sources : Le portail de la Fonction publique)

Pour une justice au service de l'intérêt général

jeu, 12/04/2018 - 17:01
RÉFORME DE LA JUSTICE

Le Conseil des ministres examinera le 18 avril prochain le projet de loi de programmation pour la justice 2018-2022.
Ce texte, ni réellement discuté avec les organisations syndicales, ni mis en débat citoyen, se déclinera en partie à coup d'ordonnances.
C'est à marche forcée que le pouvoir exécutif entend démanteler le service public de la justice. Une fois de plus, la démocratie est bafouée.
Derrière un discours de modernisation, il se cache une autre réalité.
Les usager.es auront encore plus de difficultés à faire valoir leurs droits : suppression du tribunal d'instance, juridiction de proximité, dématérialisation à outrance réduisant les contacts humains sans prise en compte de la fracture numérique, simplification des procédures réduisant les garanties des justiciables, etc.
Sur la question pénale, le projet est en trompe-l'œil. Alors qu'il affiche une transformation de la peine avec plus de place aux alternatives à l'emprisonnement, il prévoit plus d'emprisonnement et plus de répression.
La création de 15 000 nouvelles places de prison ne réglerait en rien la problématique de la surpopulation carcérale endémique mais générerait un enfermement toujours plus conséquent de personnes.
Ce projet de loi s'inscrit dans les objectifs poursuivis au titre du chantier action publique 2022 avec des abandons, des externalisations, des privatisations de missions et une marchandisation des politiques publiques mises en œuvre par la justice.
Ainsi, des litiges entre citoyen.ne.s seraient réglés de manière automatisée par des algorithmes au moyen de services en ligne payants.
Le travail d'intérêt général serait effectué au sein d'entreprises pour des activités lucratives. Il s'agit là de la mise à disposition gratuite d'une force de travail.
Ce projet de loi, au même titre que le projet de loi asile et immigration, affaiblira aussi les droits et garanties fondamentales des personnes étrangères.
La CGT porte un autre projet de société et une autre conception de la justice au service des citoyen.ne.s, humaine, de proximité, égalitaire, protectrice en particulier des plus précaires, des plus fragilisés et des mineurs, au service de l'intérêt général.
L'emprisonnement doit devenir l'exception. L'objectif de réinsertion doit être au cœur de la politique pénale. C'est pourquoi la CGT revendique, notamment, le développement des peines alternatives mises en œuvre en milieu ouvert.
Aussi, le service public de la justice doit être pleinement assumé par l'État, avec les moyens humains, matériels et financiers afin de répondre aux besoins des citoyen-ne-s et usager-e-s, de réduire les inégalités sociales et d'améliorer les conditions de travail de ses personnels.
La CGT entend poursuivre ce travail dans l'objectif de prendre, dans les prochaines semaines, toutes les initiatives nécessaires afin de mettre en débat et créer les conditions d'une mise en œuvre de propositions alternatives pour une justice humaine, au service de l'intérêt général.
Sans attendre, la CGT appelle les salariés de la justice à participer massivement à la journée d'actions, de grève et de manifestations, le jeudi 19 avril, une première étape de convergences des luttes au service du progrès social.

Montreuil, le 12 avril 2018

Victoire éclair des salariés de STN GROUPE

jeu, 12/04/2018 - 16:33

En grève mardi 10 avril dès 7 heures, les salariés de la Société sous-traitante STN GROUPE qui interviennent au PARK HYATT VENDOME ont obtenu satisfaction de leurs revendications via un accord signé avec la direction dès 10h30.

Commerce et services

Mardi 10 avril 2018 dès 7 heures, les salariés de la société sous-traitante STN GROUPE qui interviennent au PARK HYATT VENDOME ont arrêté massivement le travail afin d'obtenir la satisfaction des revendications suivantes :
Le respect des minimas conventionnels majorés de 2 euros au 1er mars 2018 ;
Convoquer les délégués pour les réunions syndicales CE et CHSCT en respectant les délais (1 fois tous les 2 mois pour le CE et 1 fois par trimestre pour le CHSCT) ;
Répondre par écrit à nos réclamations et à nos mails dans les meilleurs délais ;
Respect de l'évolution de carrière pour tout personnel dès qu'un poste se libère avant tout recrutement extérieur.

À 10h30, un accord était signé avec la direction pour satisfaire l'ensemble des revendications des grévistes. Deux délégués de l'Union Syndicale CGT Commerce de Paris, directement employés par l'hôtel, étaient présents et ont soutenu les grévistes jusqu'à la signature du protocole d'accord.

Les emplois nécessaires pour la Fonction publique

jeu, 12/04/2018 - 15:40

Depuis des décennies, le matraquage médiatique et politique véhicule l'idée que « les effectifs de la fonction publique ont explosé depuis deux ou trois décennies et leur poids est devenu insupportable dans les dépenses publiques » justifiant ainsi les réductions drastiques dans toute la fonction publique. D'ailleurs, le gouvernement Macron entend baisser de 60 milliards d'euros la dépense publique sous son quinquennat avec la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires.

Elections Fonction publique

Or, affirmer qu'on assiste à une explosion des effectifs dans la Fonction publique, sans le corréler à l'augmentation de la population active, est un argument inepte qui vise la manipulation de l'opinion. En l'espèce, sur les vingt dernières années, la part des emplois de la Fonction publique dans la population active est passée de 20,34 % à 20,43 %. Quelle explosion incontrôlée des effectifs !

Par ailleurs, la part des emplois précaires a considérablement augmenté dans les trois versants de la Fonction publique. C'est pourquoi, la CGT milite pour l'arrêt immédiat de toutes les formes de suppressions d'emplois et, dans le même temps, la création de tous les emplois statutaires dont notre société a besoin.

Par exemple, pour faire face aux missions des établissements de santé, sociaux et médico-sociaux, il faut au plus vite déclencher la création de 100 000 emplois par l'intermédiaire d'un plan d'urgence emploi/formation.

Pour en savoir plus, voici le document tiré des revendications de la CGT pour la fonction publique et ses agents :

Non titulaires : pour la résorption de l'emploi précaire

jeu, 12/04/2018 - 15:34

La CGT reste profondément attachée à l'un des socles fondamentaux du Statut général des fonctionnaires qui dispose qu'à un emploi permanent correspond un poste de fonctionnaire. Toutefois, des dispositions statutaires permettent le recours aux non titulaires pour les besoins temporaires, pour les besoins permanents sur des temps incomplets ou pour des besoins permanents sur des fonctions qui n'ont pas vocation à être occupées par des titulaires.

Élections fonction publique

Or, dans les faits, la grande majorité des employeurs publics utilisent le non titulariat pour contourner le statut, ce qui implique pour la CGT, d'avoir une politique plus ambitieuse de résorption de l'emploi précaire dans la Fonction publique. Ainsi, on est passé de 742 327 non titulaires au 31 décembre 2002 à 942 600 non titulaires au 31 décembre 2014, soit une augmentation de 26,98% de non titulaires en un peu plus de 10 ans.

Par conséquent, la CGT milite pour le que le recours aux non titulaires reste dérogatoire. Afin de faire reculer la précarité structurelle, la CGT demande la restriction des possibilités d'emploi d'agents non fonctionnaires, la titularisation des contractuels répondant à un besoin permanent, l'amélioration des droits et garanties collectives des contractuels, ainsi que la pénalisation financière des employeurs publics qui usent de manière indue des contractuels.

Pour en savoir plus, voici le document tiré des revendications de la CGT pour la Fonction Publique et ses agents :

La mutation des services publics et des territoires

jeu, 12/04/2018 - 15:33

Sous la pression du capital et d'une conception libérale, mondialisée et européenne de l'organisation des territoires, encourageant leur autonomie et leur mise en concurrence, la forme d'organisation des Etats évolue. En France, l'Etat « régionalisé » est acté par l'arsenal législatif mis en œuvre depuis 2010 pour réformer l'organisation territoriale de la République.

Elections Fonction publique

Les différentes réformes menées au niveau des collectivités territoriales, des administrations territoriales de l'Etat et du secteur de la santé portent une nouvelle conception des finalités et de l'organisation des services publics, dictée par l'idéologie libérale de la « chasse aux dépenses publiques », au détriment d'un service public guidé par l'intérêt général. Désormais, la conception de l'organisation du travail est basée sur la flexibilité des personnels, le recul des droits, ce qui entraîne la détérioration des conditions de travail.

Pour la CGT, il est urgent d'ouvrir un débat public sur l'avenir des politiques publiques, des services publics et de la Fonction Publique, car toutes les réformes engagées se font dans un déni de la démocratie politique et sociale. Par ailleurs, la CGT milite pour la mise en œuvre d'une autre conception des finalités, du sens et du rôle des services publics, afin d'enfin sortir des politiques d'austérité, avec l'octroi des moyens de financement nécessaires.

Pour en savoir plus, voici le document tiré des revendications de la CGT pour la Fonction Publique et ses agents :

Les cheminots adressent une mise en demeure à leur direction

jeu, 12/04/2018 - 15:32
SNCF

Le 10 avril, les organisations syndicales CGT, Unsa-ferroviaire, CFDT-cheminots ont adressé un courrier de mise en demeure à la direction de la SNCF.

La direction est sommée, sous 48 heures, de :
ne rien faire qui puisse être constitutif d'une entrave à l'exercice du droit syndical et à l'exercice du droit de grève ;
de faire cesser les manœuvres en cours et de retirer, sous le même délai les fausses informations et de procéder aux rectifications de rigueur.

En effet, la direction considère et communique sur le fait que le calendrier des mouvements successifs de grève (pour rappel : deux jours de grève suivis de trois jours de travail à partir du 3 avril et jusqu'au 28 juin) constitue un seul et même préavis et qu'à ce titre les retenues sur repos doivent être faites.

Par ailleurs, les organisations syndicales dénoncent l'absence totale de négociations avec le gouvernement, qui tente de faire croire que le passage à l'Assemblée nationale est un point final à la réforme.

Une caisse de grève est mise en place pour soutenir les grévistes ici.

La CGT-Spectacle soutient le projet de reprise du cinéma La Clef

jeu, 12/04/2018 - 15:28
Culture

Le Comité d'entreprise de la Caisse d'Epargne d'Île-de-France, propriétaire du cinéma et centre culturel La Clef (Paris V) souhaite le vendre, sous condition expresse que le lieu demeure ce qu'il est pendant une durée de 18 ans.

Le directeur actuel de La Clef faisait partie des acheteurs potentiels, mais refusait la clause de maintien de l'activité sur 18 ans.

Devant le refus qui lui a été opposé, il a donc pris la décision de cesser l'activité de l'espace au 15 avril et de licencier les salariés.

Ceux-ci ont donc décidé de reprendre les négociations avec le CE de la Caisse d'Epargne, afin de proposer un projet de reprise se basant sur leur expérience du lieu.

Dans un communiqué en date du 9 avril, la CGT-Spectacle à apporté son soutien à cette initiative.

Le café des luttes de la métallurgie n°1

mer, 11/04/2018 - 18:00

Pour ce premier numéro de l'émission Le Café des luttes de la métallurgie, Alain Hébert, membre du bureau fédéral de la métallurgie, réunit autour de lui des camarades pour discuter de l'actualité revendicative dans les entreprises, les groupes, notamment autour des questions de salaire, et des négociations entamées depuis deux ans maintenant avec l'IUMM.

En direct

Grève au CHU d'Angers contre le plan d'économie

mer, 11/04/2018 - 15:57
Santé


En déficit de 11 millions d'euros en 2017, le CHU d'Angers va voir son financement à la baisse pour 2018, en application des choix budgétaires du ministère de la Santé, qui prévoit 1,6 milliard d'euros d'économie sur son financement aux hôpitaux publics.

La direction du CHU a donc prévu, entre autres, à titre d'économie, de couper dans les effectifs, à activité égale !
Le syndicat CGT du CHU d'Angers estime cette diminution à environ 150 personnes, entre les départs en retraite non remplacés, les mutations, les contrats non reconduits...

Le 10 avril, les personnels du CHU d'Angers ont donc fait grève pour la cinquième fois depuis janvier et alerté les usagers (voir le tract) sur des mesures qui vont dégrader des conditions de travail et une qualité des soins déjà arrivés au point de rupture.

Une pétition de soutien aux personnels du CHU d'Angers, qui a recueilli plus de 5500 signatures à ce jour, est en ligne ici.

Journalistes interdits à Notre-Dame-Des-Landes, danger pour la démocratie

mer, 11/04/2018 - 14:37

Alors que depuis lundi matin, 2 500 gendarmes sont mobilisés pour évacuer la ZAD (zone d'aménagement différé) de Notre-Dame-des-Landes, les médias sont clairement interdits de filmer les affrontements et doivent se contenter des images officielles fournies par les forces de l'ordre. Le SNJ-CGT proteste vigoureusement contre cette mise au pas et ce contrôle de l'information visant à éviter la diffusion d'une information indépendante des pouvoirs en place et réclame immédiatement la libre circulation des journalistes dans la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes.

Liberté de la presse

Selon les zadistes, l'opération est « musclée, brutale ou violente ». Depuis lundi matin, 2 500 gendarmes sont mobilisés pour évacuer la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes. Or, comme le souligne Cédric Pietralunga, journaliste au Monde, les médias sont clairement interdits de filmer les affrontements, le ministère de l'Intérieur invitant les journalistes sur place « à ne pas gêner les manœuvres opérées par la gendarmerie, à rejoindre un espace presse ».

Ainsi, les journalistes doivent se contenter des images officielles fournies « gracieusement » par les forces de l'ordre. Comme en atteste un autre journaliste, cette situation inédite n'avait « jamais été vue en vingt ans de carte de presse ». Ce contrôle de l'information par le gouvernement est dangereux puisqu'il met à mal un des piliers de notre démocratie : la liberté de la presse.

Le SNJ-CGT proteste vigoureusement contre cette mise au pas et ce contrôle de l'information visant à éviter la diffusion d'une information indépendante des pouvoirs en place et réclame immédiatement la libre circulation des journalistes dans la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes.

Privatisation et mensonge d'État !

mer, 11/04/2018 - 11:32

La poste, EDF-GDF, la SNCF, des années de mensonges... pour finalement privatiser des services publics !

Services publics

Julien Napolitano, 34 ans : de l'associatif au syndicalisme

mer, 11/04/2018 - 10:22

Cet animateur territorial a rejoint la CGT depuis peu. C'est son engagement dans le milieu associatif qui l'a conduit au syndicalisme.

Engagement syndical

La Cour de Cassation réaffirme la liberté du CHSCT dans la désignation des experts

mar, 10/04/2018 - 17:42

Dans un arrêt du 28 mars 2018, la Cour de Cassation réaffirme la liberté du CHSCT dans la désignation des experts. La direction du Centre Hospitalier de Chartres refusait cette désignation du cabinet d'expertise en tentant d'imposer un appel d'offre de marchés publics.

Justice

La mission du CHSCT est de contribuer à la prévention et à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité des travailleurs de l'établissement et de ceux mis à disposition par une entreprise extérieure.

En l'espèce, dans son arrêt rendu le 28 mars 2018, la Cour de Cassation réaffirme la liberté du CHSCT pour désigner ses experts et rejette la demande de la direction du Centre Hospitalier de Chartres de recourir à un appel d'offre de marchés publics.
Pour la Cour de Cassation, le CHSCT ne relève pas des personnes morales de droit privé créées pour satisfaire spécifiquement des besoins d'intérêt général au sens de l'article 10 de l'ordonnance n°2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés publics.

Ainsi, la désignation du cabinet d'expertise du CHSCT ne doit pas être soumise à un appel d'offre de marché public. La fédération CGT Santé et Action sociale se félicite de ce jugement qui rappelle, une fois de plus, que le CHSCT est souverain dans la désignation du cabinet d'expertise dans les centres hospitaliers publics.

CHU de Toulouse : appel au rassemblement jeudi 12 avril à 14h

mar, 10/04/2018 - 16:01

La CGT du CHU de Toulouse appelle à un rassemblement à Purpan le jeudi 12 avril 2018 à 14h devant le tram pour dénoncer les restrictions dans les hôpitaux et la casse du service public. En l'espèce, les conditions de travail au CHU ne sont plus tenables, comme le démontre les récentes révélations du « CHU Leaks » qui pointent de graves dysfonctionnements techniques, un manque criant d'effectifs et une mise en danger des patients. Par conséquent, les agents resteront mobilisés jusqu'à ce que des moyens suffisants soient alloués en urgence pour faire fonctionner le CHU de Toulouse.

Santé

La CGT du CHU de Toulouse appelle à un rassemblement à Purpan le jeudi 12 avril 2018 à 14 heures devant le tram. Tous les agents du CHU disponibles, les autres services ou hôpitaux en grève, les membres des autres syndicats, les associations d'usagers scandalisés par les restrictions dans les hôpitaux, ainsi que les autres secteurs mobilisés contre la casse des services publics, sont appelés à venir dénoncer des conditions de travail qui ne sont plus tenables.

Depuis les révélations du « CHU Leaks », qui recensent les graves dysfonctionnements techniques, le manque criant d'effectifs et la mise en danger des patients, la direction ne peut plus faire la sourde oreille en opposant son mépris aux salariés. La stratégie de répression qui consiste à entamer des procédures disciplinaires, à mettre fin à des contrats de grévistes et de membres du CHSCT, démontre que la direction n'est pas sereine et que sa solution pour résoudre le conflit n'est pas pérenne.

Comme le souligne Pauline Salingue, déléguée CGT et secrétaire du CHSCT, les patients sont mis en danger : « Plus il y a de patients par soignant, plus la mortalité augmente ». Il y a donc urgence à recruter des agents pour un hôpital qui a déjà perdu « plus de 150 agents depuis 2014 », afin que des situations, comme une patiente qui décède après avoir attendu 9 heures un scanner en urgence, ne se reproduisent plus.

Ainsi, les agents resteront mobilisés jusqu'à ce que des moyens suffisants soient alloués en urgence afin de faire fonctionner le CHU de Toulouse. Par ailleurs, la CGT appelle la direction à lever les procédures contre les agents grévistes et les membres du CHSCT.

Julien Napolitano : s'engager, c'est changer leur vie

mar, 10/04/2018 - 12:17

Cet animateur territorial de 34 ans a rejoint la CGT depuis peu. C''est son engagement dans le milieu associatif qui l'a conduit au syndicalisme.

De l'associatif au syndicalisme

Engagement syndical

mar, 10/04/2018 - 12:13

Bruno Gagne est secrétaire général de la Fédération des Activités Postales et de Télécommunications de l'Hérault. "A son arrivée, en tant que lignard PTT, ses collègues se sont mis en grève pour défendre ses droits, une lutte qui s'est avérée gagnante. Dans la foulée, il a adhéré à la CGT. Il nous raconte son parcours syndical.

Bruno Gagne, l'esprit de lutte

Pages