La CGT

S'abonner à flux La CGT La CGT
CGT.fr est le site de la confédération générale du travail. Il vous donne accès aux ressources documentaires de la CGT, et vous offre aussi la possibilité de vous syndiquer.
Mis à jour : il y a 6 heures 33 min

Philippe Martinez sur RMC et BFM TV

lun, 30/04/2018 - 10:17
Médias SommaireMardi 1er mai à 8h35

Philippe Martinez sur RMC et BFM TV "Bourdin direct"

Emission présentée par Jean-Jacques Bourdin

Apajh de Bonneuil : lutte musclée pour combattantes tenaces

ven, 27/04/2018 - 14:53

En octobre 2017, face au manque de matériel et d'effectif, les salariées de l'Association pour adultes et jeunes handicapés 94 à Bonneuil, lancent la grève illimitée. Établissement évacué, intervention de la police, réquisition du préfet, les salarié·e·s, majoritairement des femmes, ont tenu bon.

Santé et action sociale

Voir la playlist You Tube dédiée à la journée des luttes gagnantes

Kit Action syndicale internationale

ven, 27/04/2018 - 11:58

Quelques questions récurrentes posées à l'Espace international méritent une réponse. Nous les avons réunies ici sous forme de foire-aux-questions, ainsi que les sources d'information permettant d'y répondre, souvent en français et actualisées en permanence.

Action syndicale internationale

Où se mobiliser pour le 1er Mai ?

ven, 27/04/2018 - 11:32
Interprofessionnel

Déclaration des organisations syndicales européennes représentant les travailleurs dans les activités énergie de General Electric

ven, 27/04/2018 - 11:22

Les organisations syndicales européennes représentant les travailleurs dans les activités énergie de General Electric ont signé un communiqué commun contre la destruction de l'outil industriel dont le groupe a besoin pour une croissance à long terme et des emplois de qualité.

Europe

En janvier 2016, à la suite du rachat d'Alstom Power, General Electric a visé la suppression de 6 500 emplois en Europe.
Selon la direction de GE, ce plan de restructuration étant censé permettre aux activités de la branche énergie de GE de repartir sur des bases solides. Et pourtant, un nouveau plan massif de réduction de coûts a encore été annoncé en décembre 2017 visant 5 500 emplois supplémentaires en Europe. En seulement deux ans, pas moins de 12 000 emplois dans la branche énergie de GE se sont vus menacés à travers l'Europe.
Les syndicats qui représentent les travailleurs de GE en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Italie, Pologne, Royaume‐Uni et Suisse condamnent unanimement ces décisions et disent ASSEZ à une stratégie principalement guidée par une logique financière de court‐terme qui met en péril l'avenir de l'entreprise. Il est grand temps que la direction de GE tire les enseignements du passé : les plans de restructurations brutaux et les licenciements massifs n'ont d'autres effets que de détruire les capacités dont GE a besoin pour répondre au marché de l'énergie. Nous continuons à marteler ce message, la direction continue de l'ignorer et GE se dirige inévitablement vers la catastrophe !
Les suppressions d'emplois massives et les fermetures de sites sont‐elles justifiées par une quelconque situation difficile dans laquelle se trouverait GE ? Absolument pas, GE se porte bien...

Marie-José Kotlicki sur Public Sénat

ven, 27/04/2018 - 11:18
Médias Sommaire Samedi 28 avril à 22h30

Marie-José Kotlicki sur Public Sénat "Un Monde en Docs "

Emission présentée par Nora Hamadi

La CGT solidaire de la grève des agents de la Fonction Publique

ven, 27/04/2018 - 10:34
Le 22 mai

Après le 10 octobre 2017 et le 22 mars 2018, le 22 mai prochain sera la troisième journée de mobilisation par la grève dans la Fonction Publique à l'appel unitaire des 9 organisations syndicales représentatives : CGT, CFDT, CFTC, CGC, FA-FP, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNSA.

La question des Services publics, de leur développement, de leur efficacité pour répondre aux besoins, de leur accessibilité aux populations sur l'ensemble du territoire est bien un des enjeux posés dans la période. Cela va de pair avec l'amélioration des conditions de travail et la reconnaissance de celles et ceux qui les exercent et les mettent en œuvre.

C'est aussi le sens des mobilisations actuelles des salariés de la SNCF, des électriciens et gaziers, des postiers, des personnels des EHPAD et plus largement de la Santé, quelle que soit la nature de l'établissement.

À juste titre et nous nous y associons, les organisations syndicales ne partagent pas les objectifs poursuivis par le gouvernement consistant à réduire le périmètre de l'action publique avec la perspective d'abandon, voire de privatisation, de missions publiques et, à la clé, un plan massif de 120 000 suppressions d'emplois.

Au regard des enjeux qui en découlent, la population ne peut que s'investir dans les actions visant à renforcer et déployer un Service public de qualité répondant à ses besoins et à l'intérêt général.

Après deux journées de forte mobilisation, l'intersyndicale a obtenu un premier recul du gouvernement. En effet, il renonce aujourd'hui à son projet de différencier le point d'indice entre les trois versants de la Fonction Publique, premier volet de son entreprise de démantèlement.

Le 22 mai, il s'agit pour les agents de la Fonction Publique de gagner, notamment, la tenue d'une négociation salariale pour le dégel de la valeur du point d'indice et la revalorisation des grilles de classification ; l'arrêt des suppressions d'emplois et la création de postes dans les nombreux services qui en ont besoin pour répondre à la demande de la population et garantir ses droits, un nouveau plan de résorption de la précarité et la titularisation des contractuels ; des dispositions exigeantes pour faire respecter l'égalité professionnelle, le respect plein et entier de la démocratie sociale et des instances représentatives des personnels.

La CGT apporte tout son soutien à la lutte des personnels titulaires et précaires de la Fonction Publique et appelle au succès de la journée d'actions du 22 mai.

Montreuil, le 27 avril 2018

La CGT participe à un plaidoyer pour un meilleur accueil des migrants

jeu, 26/04/2018 - 17:31

Dans le cadre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (PMM), six rounds de négociations ont été lancé en février à l'Assemblée générale de l'ONU, en vue d'aboutir à un texte qui sera signé en décembre prochain. Afin de peser dans les négociations, le Réseau Syndical Migrations Méditerranéennes - Subsahariennes (RSMMS) a élaboré un plaidoyer pour sensibiliser aux principes normatifs, aux préalables politiques et aux propositions concrètes d'intervention portés par le RSMMS, les gouvernements et les différentes parties prenantes qui sont actifs dans l'élaboration du PMM.

International

Le réseau Syndical Migrations Méditerranéennes – Subsahariennes (RSMMS) est un réseau de syndicats africains (subsahariens et maghrébins) et européens, composé de 24 centrales syndicales et constitué en 2014 afin de promouvoir les droits des migrants dans l'espace méditerranéen et subsaharien (Déclaration de Casablanca, 2014).

Le 16 Septembre 2016, les Nations-unis ont adopté la déclaration de New-York pour les réfugiés et migrants, au titre de laquelle l'Assemblée générale a décidé de développer un pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. L'Assemblée générale tiendra en 2018 une conférence intergouvernementale sur les migrations internationales avec l'intention d'adopter ce Pacte. Ce dernier offre une opportunité d'améliorer la gouvernance en matière de migrations et de faire face aux défis qui sont associés aux migrations d'aujourd'hui.

L'objectif de ce plaidoyer est de sensibiliser aux principes normatifs, aux préalables politiques et aux propositions concrètes d'intervention portés par le RSMMS, les gouvernements et les différentes parties prenantes qui sont actifs dans l'élaboration du PMM (lors des phases de consolidation et de négociation).

Pour consulter le plaidoyer dans son intégralité :

Victoire contre le travail dominical dans 4 zones destinées à devenir des ZTI

jeu, 26/04/2018 - 17:30

C'est avec une grande satisfaction que la Fédération CGT du Commerce et des Services a obtenu l'annulation de 4 Zones Touristiques Internationales (ZTI) sur 8. Ainsi, pour les zones de Dijon, « Maillot Ternes », « Saint-Emilion-Bibliothèque » et « Olympiade », le repos dominical deviendra la règle.

Commerce

Suite à la requête de la Fédération CGT Commerce, Distribution et Services, concernant des arrêtés de déclaration en Zone Touristiques Internationales (ZTI), le Tribunal Administratif de Paris a donné gain de cause à la CGT pour 4 zones sur 8, estimant que les critères de création d'une ZTI n'étaient pas réunis.

Ainsi, pour les zones de Dijon, « Maillot Ternes », « Saint-Emilion-Bibliothèque » et « Olympiade », le repos dominical redeviendra la règle, sauf appel du gouvernement, dans un délai de 4 mois à compter de la signification.

C'est une grande satisfaction pour la Fédération CGT Commerce et Services, qui restera attentive face aux arrêtés de déclaration en ZTI.

Une réforme des retraites ? Pour mieux baisser les pensions ?

jeu, 26/04/2018 - 13:49
Retraite

Après les premières rencontres avec le Haut-commissaire à la réforme des retraites (HCRR), la CGT reste très interrogative et particulièrement vigilante face à un projet dont tous les objectifs ne sont pas affichés, en particulier celui du niveau des pensions qui en ressortirait.

On observe déjà que, pour légitimer la démarche, la critique du système actuel ne brille pas par son objectivité. Ainsi, le mécanisme « par annuités » en vigueur dans tous les régimes de base est condamné au motif que certaines règles ne correspondent plus aux objectifs fixés. La belle découverte ! A force de dégrader les paramètres tout au long des réformes additionnées depuis 1993, le système a fini par devenir difficile à lire et par produire des retraites en baisse. Mais, n'était-ce pas le but de ces réformes ?

Pour autant et malgré ces dégradations, notre système de retraite par annuités et par répartition, grâce au principe de solidarité qui le fonde, a sorti les retraités de la pauvreté en moins de 30 ans : ils étaient 28 % à vivre en-dessous du seuil de pauvreté (défini comme 50 % du salaire médian) en 1970, ils n'étaient plus que 4,7 % en 1997 (Insee Première n°761). Aujourd'hui, les proportions d'actifs et de retraités vivant en-dessous du seuil de pauvreté restent équivalentes

Le HCRR, à partir des travaux du COR (Conseil d'orientation des retraites), fait également ce constat : notre système conserve effectivement une part importante de solidarité. Pour la CGT, c'est effectivement essentiel car cela permet encore aujourd'hui de diminuer les inégalités liées au travail.

On peut alors se poser la question : mais pourquoi s'aventurer dans une réforme systémique qui va chambouler tous les repères aussi bien pour les travailleurs que pour les retraités ? De surcroît alors que les comptes sont grosso modo à l'équilibre. Rappelons que la Suède a englouti, dans la phase de transition de sa réforme, plusieurs années de pensions mises en réserves.

Pourquoi ne pas répondre clairement aux difficultés réelles et connues : le niveau des pensions dans l'avenir et le taux de remplacement que peuvent espérer les jeunes générations ; les basses pensions ; l'égalité femmes/hommes ; une vraie prise en compte de la pénibilité ; le maintien du pouvoir d'achat des retraites ; une réforme du financement liée à l'emploi. Autant de sujets mis en avant par la CGT depuis plusieurs années et réaffirmés lors de la rencontre avec M. Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme des retraites.

Chambouler les repères et centrer le débat sur du meccano administratif, points ou comptes notionnels, est-ce innocent ? N'y aurait-il pas d'autres objectifs, d'autres intentions ? On est bien obligé de s'interroger.

Sous couvert de simplification, n'y a-t-il pas en réalité la volonté de mettre en place un système produisant une baisse encore plus forte des pensions futures, de manière automatisée, dans des conditions illisibles pour le commun des salariés ?

La CGT pose les questions que tous les salariés se posent : une réforme pour quel montant de pension, après quelle durée et à quel âge ? Questions qui sont soigneusement écartées dans ce projet de réforme.
Questions que la CGT n'aura de cesse de mettre en avant et sur lesquelles elle appelle la plus grande vigilance de tous les salariés.

Montreuil, le 26 Avril 2018

Où se mobiliser pour le 1er Mai ?

jeu, 26/04/2018 - 12:02
Interprofessionnel !function(e,t,n,s){var i="InfogramEmbeds",o=e.getElementsByTagName(t)[0],d=/^http:/.test(e.location)?"http:":"https:";if(/^\/{2}/.test(s)&&(s=d+s),window[i]&&window[i].initialized)window[i].process&&window[i].process();else if(!e.getElementById(n)){var a=e.createElement(t);a.async=1,a.id=n,a.src=s,o.parentNode.insertBefore(a,o)}}(document,"script","infogram-async","https://e.infogram.com/js/dist/embed-loader-min.js");

Mobilisation de déblocage des péages

jeu, 26/04/2018 - 12:02
Bouches-du-Rhône

Ce 24 avril, 500 militants CGT de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur se sont mobilisé sur plusieurs sites pour débloquer des péages et laisser passer gratuitement les véhicules.

Chiffres du chômage du mois de mars 2018

jeu, 26/04/2018 - 11:19

A qui profite la précarité ? Revendiquons une politique de l'emploi stable contre le chantage patronal et gouvernemental !

Chômage

Les chiffres du chômage publiés par Pôle Emploi montrent une petite baisse de chômage en catégorie A (chômeurs n'ayant pas du tout travaillé dans le mois précédent) moins 1100 chômeurs en un mois, qui reste cependant à un très haut niveau soit 3 421 800 demandeurs d'emploi inscrits.

Pour autant le nombre de travailleurs précaires ne cesse d'augmenter, même avec une progression ralentie de +0.1 % en un mois, nous avons une hausse de 9.3 % en un an soit 2 200 600 demandeurs d'emploi inscrits dans les catégories B et C.

Le chômage des jeunes augmente légèrement de 0.4% en un mois, celui des jeunes les moins qualifiés continue de poser la question des inégalités sociales, que la sélection à l'entrée de l'université va encore aggraver. Aujourd'hui, 739 100 jeunes de moins de 25 ans peuplent les listes de Pôle Emploi.

Le chômage de longue durée ne baisse pas et continue de représenter un facteur de relégation sociale majeur, notamment pour les plus de 50 ans qui sont 1 410 900 inscrits, soit une hausse de 0.3 % en un mois, 0.8 % en trois mois ou 3.8% en un an.

Deux jours avant la présentation en conseil des ministres du projet de loi réformant l'accès à la formation professionnelle et à l'assurance chômage, la CGT dénonce la collusion entre le patronat et le gouvernement : pour l'un, le recours massif aux contrats précaires et le refus de faire reculer cette utilisation, pour l'autre, les ordonnances pour fragiliser les contrats et un nouveau projet de loi qui prévoit d'alourdir les sanctions contre les chômeurs.

L'Unedic et Pôle Emploi ont pour objet de permettre l'indemnisation et le retour à l'emploi des travailleurs qui en sont privés : il faut des agents formés et en nombre suffisant pour les accompagner, plutôt que des offres illégales, des trop-perçus, une réglementation mal appliquée ou des amalgames avec l'infime part de la fraude.

Le chantage à l'emploi précaire ne cesse pas : il vise celles et ceux qui cherchent du travail autant que celles et ceux qui en occupent un. La CGT appelle toutes et tous à se mobiliser pour faire valoir de nouveaux droits, à commencer par le droit au travail.

Montreuil, le 25 avril 2018

Enedis accentue son plan social : 2500 suppressions d'emplois d'ici 2021

mer, 25/04/2018 - 15:39

La FNME CGT alerte depuis plusieurs mois sur les conséquences des nouvelles orientations d'Enedis : ce sont 2500 emplois qui vont être supprimés d'ici 2021, (contre 2000 d'ici 2020 annoncés en janvier dernier) dont la grande majorité dans les services techniques. Ces suppressions de postes auront pour corollaire la fermeture de centaines de sites de proximité.

Energie

Cette situation a conduit le Comité Central d'Entreprise à lancer un droit d'alerte économique et social lors de sa séance du 18 avril 2018. Une première depuis la création de la filiale de distribution en 2008 !

"Plutôt que de rechercher un compromis, les dirigeants d'Enedis cherchent à se dédouaner de leurs responsabilités en désignant des boucs émissaires : le régulateur, les pouvoirs publics, les nouvelles technologies. Par exemple, le Président d'Enedis déclare que Linky serait le responsable de la casse sociale annoncée et in fine d'une dégradation du service rendu aux usagers !", dénonce la Fédération Nationale Mines Energie CGT.

La FNME CGT ne peut accepter que le projet Linky soit aujourd'hui le prétexte à une casse sociale et à la remise en cause du service public, en totale contradiction avec les engagements pris par Enedis d'un effet « neutre » sur l'emploi au lancement du projet.

Pour la FNME CGT, il est urgent d'exercer un contrôle accru des moyens qui lui sont octroyés et de renforcer ses obligations de service public. C'est aujourd'hui une nécessité pour garantir l'exemplarité d'un outil formidable au service de l'intérêt général. La période 2010/2016 a démontré que c'était possible dans le cadre d'un projet industriel ambitieux.

>>> Voir le communiqué

Aurélie Cebe : un processus d'engagement progressif

mer, 25/04/2018 - 15:38

Aurélie Cebe, éducatrice jeunes enfants, est entrée à la CGT il y a trois ans. Ce sont les assises des jeunes à Montreuil qui lui ont permis de trouver sa place au sein de l'organisation et d'en comprendre son fonctionnement.

Publications de l'espace International

mer, 25/04/2018 - 15:36

Les personnels des MDPH refusent des droits au rabais

mer, 25/04/2018 - 15:35

Les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ont été créées par la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; elles sont constituées en groupement d'intérêt public (GIP). La loi d'adaptation de la société au vieillissement (ASV), promulguée en 2015, met en place des Maisons Départementales de l'Autonomie (MDA) qui regroupent la MDPH, des personnels et des matériels du département affectés à la politique en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées.

Elections Fonction publique

Or, aujourd'hui, les projets de MDA s'échafaudent de façon extrêmement hétérogène, souvent à l'insu des agents, dans des conditions d'incertitude et de « rationalisation budgétaire » particulièrement inquiétantes pour les professionnels visés. Dans ce contexte, le refus persistant de nombreux directeurs de MDPH de respecter la règlementation concernant les instances d'expression et de consultation des personnels est d'autant moins acceptable.

Par un décret du 5 avril 2013, les GIP sont désormais obligés de créer des institutions représentatives du personnel propres aux groupements. Ainsi, par décision de l'assemblée générale, il doit être créé au sein de chaque GIP un Comité Technique (CT) placé auprès de son directeur, dont les prérogatives sont similaires à celles des collectivités. Ce décret prévoit aussi la création de comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) adaptés à la situation particulière des GIP. Le décret dispose également qu'un plan de formation doit être adopté, tandis qu'un dispositif de protection social complémentaire peut être mis en place.

Cependant, cette clarification législative a été parasitée par la persistance de 2 réglementations complémentaires pour les MDPH. En effet, la loi du 17 mai 2011 indiquait, dans son article 121, qu'elle n'est applicable à certains groupements qu'à titre subsidiaire. C'est le cas des MDPH dont la situation est également traitée par le CASF (Code de l'Action Sociale et des Familles).

En l'espèce, les règles spécifiques aux MDPHE énoncées par le CASF portent sur leurs modalités de gouvernance et sur leurs partenariats. Elles ne concernent en aucun cas leurs instances représentatives : pour la mise en place de ces instances, comme pour le droit syndical, c'est bien le décret du 5 avril 2013 et seulement ce décret qui peut et doit être appliqué aux MDPH. Les arguties qu'opposent depuis cinq ans certaines directions de MDPHE à la création de CTP et de CHSCT de plein exercice, au motif que la règlementation ne serait toujours pas claire, apparaissent aujourd'hui comme des manœuvres dilatoires génératrices d'entrave à l'exercice normal du droit syndical et du dialogue social.

Ainsi, depuis 2014, la majorité des MDPH sont hors la loi et leurs agents privés de représentants élus. En 2018, un comité technique de plein exercice doit être élu dans toutes les MDPH. La situation préjudiciable de carence des instances de dialogue social en leur sein exige des mesures énergiques pour y remédier avant les élections professionnelles du 6 décembre 2018.

Pour consulter l'intégralité de l'article :

Victoire des salariés de venteprivée.com

mer, 25/04/2018 - 14:13
Commerce

La société VentePrivée.com a triplé son chiffre d'affaires en quelques années et atteint 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, tout en bénéficiant du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE).

Malgré cela, la direction refusait de faire bénéficier les salariés de ces bons résultats sous prétexte d'une austérité nécessaire, et leur a tout d'abord proposé... un bon d'achat, pour concéder finalement une prime annuelle de 200 euros.

Insuffisant pour plusieurs centaines de salariés qui, depuis le 18 avril, avec la CGT, ont cessé le travail sur trois implantations de VentePrivée.com.

Ce mardi, les négociations se sont terminées sur un accord victorieux : la prime annuelle passera à 900 euros et des jours de grève seront payés, preuve que « l'argent magique » dont Monsieur Macron soutient qu'il n'existe pas, peut s'obtenir par la lutte !

Rassemblement de soutien pour Farid Boursali

mer, 25/04/2018 - 14:12
Métallurgie

En juillet 2017, Farid Boursali, secrétaire général de la CGT à PSA Poissy, a été condamné à six mois de prison avec sursis et 2 600 euros d'amende sur une fausse accusation de violence. Il fait appel de ce jugement honteux et est convoqué à la cour d'appel de Versailles le 23 mais prochain.

Le mercredi 23 mai à partir de midi, un rassemblement de soutien à Farid et pour le respect des libertés syndicales à PSA est organisé par la CGT PSA Poissy devant la cour d'appel de Versailles, au 5, rue Carnot. Venez le soutenir !

Pour rappel, en décembre 2017, 9 militants CGT avaient été condamnés à cinq mois de prison avec sursis et 11 000 euros d'amende pour avoir discuté pendant dix-sept minutes avec un chef dans son bureau afin de faire respecter les droits d'un salarié revenant d'arrêt maladie. Cet acharnement doit cesser !

Philippe Martinez sur France 2

mer, 25/04/2018 - 11:22
Médias Sommaire Jeudi 26 avril à 7h38

Philippe Martinez sur France 2 "Les 4 vérités"

Emission présentée par Jeff Wittenberg

Pages