La CGT

S'abonner à flux La CGT La CGT
CGT.fr est le site de la confédération générale du travail. Il vous donne accès aux ressources documentaires de la CGT, et vous offre aussi la possibilité de vous syndiquer.
Mis à jour : il y a 1 heure 1 min

Le syndicat CGT-RATP obtient de grandes avancées pour les salariés

mar, 06/03/2018 - 16:22

La direction de la RATP avait ouvert des négociations sur diverses mesures d'ordre social. Très active dans ces négociations, la CGT-RATP a permis d'obenir un certain nombre d'avancées qui, loin d'être anecdotiques, auront des conséquences positives et directes sur l'ensemble des agents.

RATP

Dans un document datant du 21 février 2018, la CGT RATP communique sur plusieurs avancées avancées obtenues suites aux négociations :

  • le 13e mois serait amélioré, prenant mieux en compte l'évolution de carrière et faisant en sorte que les absences (maladies, grèves, etc.) ne soient plus pénalisantes pour son calcul ;
  • la prime« dimanche et jour férié sera revalorisée ;
  • une partie de la prime des opérateurs et des encadrants sera intégrée dans leur salaire statutaire ;
  • les parents isolés disposeront de plus de jours « enfants malades » (4 d'un à deux enfants, 8 à partir de 3 enfants) ;
  • les abonnements SNCF seront mieux remboursé (passant de 50 % de remboursement actuellement, comme le veut la loi, à 75 %) ;
  • des discussions seront ouvertes dès 2018 pour mettre en place un accompagnement des salariés en cas d'évènement ayant des conséquences sur leur vie (décès ou maladie d'un proche, divorce, séparation, sinistre...). Cet accompagnement pourrait être juridique, social, de service, etc.

Pour en savoir plus, consulter le tract de la CGT RATP sur les NAO.

Nathalie, agent territorial, encourt deux ans de suspension

mar, 06/03/2018 - 16:22

Aujourd'hui, mardi 6 mars 2018, Nathalie, agent du conseil départemental de l'Ain, passe en conseil de discipline. La sanction demandée est une suspension de deux ans ! Elle est accusée sans fondement par la collectivité de harcèlement sur un agent, puis de trouble dans son service. À ce jour, Nathalie dispose de 18 témoignages qui démontrent le contraire.

Libertés syndicales

Les syndicats CGT des territoriaux de l'Ain, l'union départementale CGT de l'Ain et la fédération CGT des services publics, exigent l'abandon de la procédure disciplinaire. Réunis le 1er mars 2018 en assemblée, ils ont voté une motion de soutien. Les syndicats CGT « s'interrogent sur [...] la relation entre la sanction demandée et l'activité syndicale de l'intéressée ainsi que l'absence de dialogue social ».

Les élus du personnel notent par ailleurs une augmentation constante du nombre de conseils de discipline dans le département et un durcissement des sanctions. Il n'est en effet plus rare aujourd'hui de voir un agent suspendu ou révoqué.

D'une manière plus générale, les syndicats CGT dénoncent des situations de travail qui deviennent anxiogènes pour l'ensemble des agents de la fonction territoriale, plus particulièrement les travailleurs sociaux. Le travail social est perçu comme un coût, une charge pour les finances publiques… La dévalorisation, la perte de confiance, le mépris, le manque de reconnaissance professionnelle, la pression, les charges de travail, les reproches infondés, sont pour certains devenus leur lot quotidien.

Demain, quelle définition et quels droits pour l'encadrement

mar, 06/03/2018 - 15:29
RÉFORME DE L'ENCADREMENT

Force, courage et détermination !

lun, 05/03/2018 - 17:44
Grève des travailleurs sans-papiers franciliens

Ce lundi commence la quatrième semaine de grève des travailleurs sans-papiers d'Ile-de-France dans 7 entreprises sur 5 départements. Leur mouvement ne faiblit pas, bien au contraire partis dans l'action à une centaine, ils sont aujourd'hui 160.

Leur grève commence à payer. Avec la CGT à leur côté, ils ont pu porter assez rapidement auprès du ministère de l'intérieur l'exigence d'être régularisés dans un cadre commun à tous.

Après la dernière rencontre avec la Préfecture de police de Paris, chargée par le ministère de piloter l'opération de régularisation, des signes encourageants semblent aller dans le sens des revendications posées. Pour autant certains patrons bien décidés à aller jusqu'au bout de leur logique refusent de donner les documents nécessaires à la régularisation des grévistes et/ou entravent par tous moyens l'action en cours.

Ce sont des entreprises d'intérim comme Derichebourg qui menace de licenciement un travailleur gréviste délégué de son piquet de grève, ou encore Targett et Job Center, mais aussi des donneurs d'ordre ayant « pignon sur rue ». Comme Chronospost, filiale de la Poste ou de GLS entreprise de transport de colis pour qui, avoir des travailleurs sans droit, sous-payés et travaillant dans des conditions indignes est très utile pour alimenter les bénéfices des actionnaires.

Les directions locales cherchent par tous moyens à isoler ces travailleurs en lutte, en bloquant leurs allées et venues et en empêchant les contacts avec les autres militant.e.s CGT.

C'est pourquoi une première manifestation aura lieu devant l'entreprise GLS demain, mardi 6 mars à 16h00 à Roissy, 29 rue Jean Moulin, pour apporter aux grévistes tout le soutien de la CGT. C'est aussi pour réaffirmer l'intérêt de classe qu'ont tous les travailleurs et travailleuses qu'ils soient d'ici ou d'ailleurs à combattre pied à pied et ensemble ces employeurs cyniques et revanchards.

La lutte pour l'égalité des droits entre tous les travailleurs, l'unité du salariat, la solidarité ouvrière sont les seuls moyens efficaces pour combattre le dumping social !

Avec nos camarades travailleurs sans papiers en grève, le combat continue plus que jamais !

Montreuil, le 5 mars 2018

Rassemblement de soutien aux salariés de GLS en lutte

lun, 05/03/2018 - 17:34
Travailleurs sans-papiers

Depuis le lundi 12 février au matin, 34 camarades sans-papiers occupent le site du donneur d'ordres GLS, entreprise de messagerie à Roissy, pour obtenir leur régulation. Comme nous le savons, ce genre de lutte s'inscrit dans la durée et nécessite l'investissement de toute la CGT.

La direction de GLS a assigné nos camarades sans-papiers en référé, le 21 février 2018, afin d'obtenir l'évacuation des locaux. Le juge a renvoyé l'affaire au 7 mars 2018 mais a demandé l'évacuation du site sous vingt-quatre heures. Nous avons donc jusqu'à cette date pour mettre la pression sur GLS afin d'obtenir la régularisation de nos camarades sans-papiers.

Au bout de seize jours de lutte, la direction de GLS durcit le ton : elle se refuse à toute régularisation et empêche 14 salariés de rentrer de nouveau dans l'entreprise, après en être sortis pour se laver (ils ne sont plus que 20 à occuper l'entreprise).

GLS est un boulimique du travail intérimaire : 40 % en moyenne sur l'année pour une entreprise qui compte 1 400 salariés ! Et il dit n'être responsable de rien... Le comble est que GLS est un récidiviste : il y a une dizaine d'années, il a déjà été épinglé sur cette question.

Afin de soutenir la lutte de nos camarades et d'exiger leur régularisation, nous appelons à un rassemblement mardi 6 mars 2018 à 16 heures devant l'entreprise GLS – 29, rue Jean-Moulin à Roissy. Soyons nombreux !

Victoire des salariés avec la CGT chez Intersnack (Vico)

lun, 05/03/2018 - 17:33

Après neuf jours de mobilisation, la direction d'Intersnack (Vico) a fait droit à la demande des salariés et de la CGT en accordant une augmentation générale des salaires de 2%.

Agroalimentaire

Grâce à la solidarité, le soutien des syndicats, des habitants, des familles, la mobilisation des salariés avec la CGT durant neuf jours a permis l'augmentation générale des salaires de 2% chez Intersnack (Vico). Outre cette augmentation, la direction a accordé une revalorisation tant du ticket restaurant, que du panier jour ou du panier nuit. Les salariés ont également obtenu le maintien des breaks (2 fois 5min par poste) et l'ouverture de négociations sur l'organisation du temps de travail.

Durant le conflit, la direction a usé de provocations, allant jusqu'à refuser aux élus de se rendre au local syndical. Si Intersnack tente d'exercer des représailles envers des salariés ou des élus qui ont participé à ce conflit social légitime, alors tous répondront présents et tous se mobiliseront de nouveau.

Non à la hausse de la CSG, oui à la revalorisation des pensions

lun, 05/03/2018 - 14:33
Retraités

Le 15 mars, pas moins de 9 organisations de retraités, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, Ensemble & Solidaires-UNPRA et LSR, appellent les retraités à manifester leur refus de la hausse de la CSG. Les députés de la majorité présidentielle l'ont voté, ils doivent s'en expliquer. Ils peuvent réparer cette injustice en votant la revalorisation des pensions de retraite. La CGT appelle tous les retraités à se rassembler dans un maximum de villes pour faire valoir leurs droits au respect, à des revenus dignes de leur contribution passé et présente à la richesse de la France.

Pour en savoir plus : le tract de la CGT retraités.

Du big bang au néant !

lun, 05/03/2018 - 14:32
Formation professionnelle

La CGT a alerté, depuis le début de la négociation en novembre dernier, des dangers que comportait la feuille de route du gouvernement, tout en cherchant à orienter la négociation avant qu'elle ne commence.

Elle n'a cessé de convaincre qu'il fallait se dégager des exigences politiques pour répondre aux nécessaires améliorations des droits en réponses à des besoins aujourd'hui parfaitement diagnostiqués : réduire les inégalités d'accès, favoriser la qualification, les évolutions et reconversions professionnelles, mieux couvrir le territoire à l'aide d'un service public qui accompagne et forme chacun là où il vit, travaille ou recherche un emploi.

Pour la CGT, il faut aller vers plus de sécurité des personnes tout au long de leur vie et assurer la stabilité de leur contrat de travail en facilitant l'accès à une formation de qualité rémunérée sur le temps de travail. C'est ce qui a guidé la CGT dans sa volonté de développer le CIF : congé individuel de formation

Les objectifs annoncés aujourd'hui sont tout autres, à l'instar de la politique destructrice du droit du travail, c'est de nouveau un tournant libéral indéniable. Et le big bang risque bien de produire le néant !

La CGT n'est pas surprise du mépris avec lequel sont traités les acteurs sociaux, encore une fois, ce gouvernement leur dénie le droit de négocier en instaurant « un chèque formation » pour solde de tout compte rejeté par les 8 organisations syndicales et patronales autour de la table de négociation.

Il fragilise encore le monde du travail en érigeant une individualisation totale des travailleurs, désormais, seuls responsables de leur employabilité.

Il fait la part belle aux trop nombreux organismes de formation, qui ont les mains libres pour marchandiser la formation …ne serait-ce pas une nouvelle fois une promesse qui n'engage que ce qui y croient ?

Avec la CGT, il est temps de se mobiliser pour un service public de la formation professionnelle initiale et continue dès le 22 mars.

Montreuil, le 5 mars 2018

Pages