La CGT

S'abonner à flux La CGT La CGT
CGT.fr est le site de la confédération générale du travail. Il vous donne accès aux ressources documentaires de la CGT, et vous offre aussi la possibilité de vous syndiquer.
Mis à jour : il y a 4 heures 58 min

Secret des affaires : motus et coups tordus de la part du gouvernement

mer, 30/05/2018 - 09:27

Alors que le gouvernement français s'attèle à transposer dans la loi française une directive européenne sur le secret des affaires, ce dernier n'a pas retranscrit l'intégralité des garde-fous.

Droit à l'information

Vendredi 18 mai, les cabinets de l'Élysée et de Matignon ont (enfin) daigné recevoir la coalition, constituée de la CGT, de journalistes et d'organisations à l'instar de Transparency International, afin qu'ils présentent leurs inquiétudes et leurs amendements à la proposition de loi sur le secret des affaires.

En l'état, cette proposition de loi est vidée de ses garde-fous, avec une définition aussi large que floue, donnant les pleins pouvoirs aux employeurs pour décider des informations qu'elles souhaitent soustraire au contrôle du public et de personnes qu'elles souhaitent poursuivre pour détention ou divulgation de secret d'affaires. Par exemple, un employeur pourrait poursuivre un représentant du personnel qui aurait diffusé aux salariés les informations sur la composition dangereuse de matériaux.
Ainsi, si cette loi était déjà en vigueur, des milliers de personnes mourraient encore du Médiator® tandis que l'affaire des Panama Papers nous apparaitrait comme un bon titre de film.

Preuve de la dangerosité de cette proposition de loi, une coalition large et inédite, rassemblant l'ensemble des organisations syndicales, les principales ONG de défense de l'environnement et des libertés, ainsi que la quasi-totalité des médias français s'y sont opposés et la pétition lancée par cette dernière a recueilli 550 000 signatures en six semaines.

Seul argument opposé aux nôtres : la procédure parlementaire, qui limite les possibilités d'amendements du gouvernement. Quel dommage que la coalition soit reçue si tard...

Peut-on viser « l'excellence » avec toujours moins de moyens ?

mar, 29/05/2018 - 16:59
Réforme des lycées professionnels

Lors de sa conférence de presse, lundi 28 mai, le ministre de l'Éducation nationale a présenté son plan d'actions pour la rénovation de la formation professionnelle en lycée. La voie professionnelle va connaître une des attaques les plus importantes de son histoire : suppression d'un trimestre d'enseignement sur les 3 ans du cycle baccalauréat professionnel, suppression de plusieurs milliers de postes d'enseignant·es, nivellement de la formation par le bas.

La CGT s'est toujours battue pour faire de la voie professionnelle du lycée une des trois voies de formation aux côtés des voies générale et technologique. La CGT porte le projet d'une scolarité commune jusqu'à 18 ans pour tout-es les élèves quel que soit le mode ou la voie de formation choisi, scolaire ou apprentissage. L'important pour la CGT c'est que les élèves soient au centre du dispositif de formation et puissent choisir leur parcours.

Dans son plan de communication, le ministère prétend « viser l'excellence », faire des lycées professionnels des « Harvard du pro » … quand la politique réellement mise en œuvre met sous tutelle du patronat la formation professionnelle scolaire et creuse l'écart entre le bac professionnel et le BTS. Cette réforme de la voie pro du lycée s'articule parfaitement avec la mise en œuvre de la sélection à l'université. Elle vise aussi à casser les diplômes nationaux permettant une insertion professionnelle liant qualification et rémunération. Dans ce projet, les enfants des classes populaires, surreprésentés dans la voie professionnelle, verront leur destin scolaire figé à la sortie du collège, sans perspective crédible de poursuite d'études post-bac. Et ceci alors que le niveau d'exigence affiché pour une première embauche ne cesse d'augmenter.

Le lycée professionnel doit permettre l'insertion professionnelle et les poursuites d'étude. Cela nécessite un plan d'investissement en faveur des élèves et des personnels : des contenus d'enseignement et des volumes horaires de formation permettant d'atteindre ces deux objectifs. C'est un enjeu de société.

Montreuil, le 29 mai 2018

Monoprix Gambetta : rassemblement de soutien en vue de la réunion avec la direction

mar, 29/05/2018 - 15:33

Après plusieurs actions, la direction de Monoprix a enfin décidé de rencontrer les salariés, vendredi 25 mai à 11h30, afin de trouver une solution aux problèmes auxquels ces derniers font face. Un rassemblement de soutien est organisé devant le magasin à 10h30, au 22-24 Boulevard Gambetta, à Issy-Les-Moulineaux.

Commerce

Peut-être la fin du conflit au monoprix Gambetta d'Issy-Les-Moulineaux. En l'espèce, une rencontre sur le magasin est enfin fixée, vendredi 25 mai à 11h30, avec le directeur Régional et la Responsable des Ressources Humaines. Pour l'occasion, un rassemblement de soutien est organisé devant le magasin à 10h30, au 22-24 Boulevard Gambetta, à Issy-Les-Moulineaux.

Après déjà plusieurs actions les 9 mars, 5 mai et 19 mai, la fédération CGT Commerces et Services, ainsi que l'UD CGT du 92 appellent salariés et militants à participer massivement à ce rassemblement. Par ailleurs, la CGT sera vigilante quant au déroulement de cette rencontre et mettra tout en œuvre pour garantir et protéger les droits des salariés.

Céline Verzeletti sur BFM TV

mar, 29/05/2018 - 12:24
Médias SommaireMardi 29 mai à 21h

Céline Verzeletti sur BFM TV "News et compagnie"

Emission présentée par Nathalie Levy

Un enfumage avec la précarité comme seul horizon pour le gouvernement

mar, 29/05/2018 - 11:13
Chiffres du chômage du mois d'avril 2018

Le gouvernement se gargarisera certainement des chiffres du chômage annoncés hier, en omettant le phénomène majeur qui se confirme : la précarité continue d'augmenter.

Les catégories B (personnes ayant travaillé moins de 78 heures par mois) et C (personnes ayant travaillé plus de 78 heures par mois) sont encore en augmentation de 31 000 personnes, soit 2 231 600 salariés qui n'ont travaillé qu'une partie du mois.

Cette augmentation est de :
1.4% sur un mois,
3.4% sur trois mois,
7.5 % sur un an.

Si chez les moins de 25 ans, la baisse se confirme pour les catégories A, B, C et s'établit aujourd'hui à 705 700 jeunes au chômage dont 350 400 femmes, c'est surtout parce qu'ils sont les premiers concernés par la précarité, les stages à répétition, les CDD, etc.

De plus, le nombre de seniors au chômage en baisse légère de 0.5% sur un mois pour les catégories A, B, C reste à un niveau très élevé de 1 409 700 personnes sans emploi, dont 739 900 femmes.

La CGT dénonce des politiques qui se fondent sur la précarité (qu'on l'appelle « flexibilité » ou « agilité ») et un taux de chômage élevé qui compte ce mois-ci 6 216 500 demandeurs d'emploi inscrits sur les listes de Pôle Emploi. D'autres études rappellent par ailleurs que 16 % des personnes sans emploi ne sont pas inscrites sur les listes de Pôle Emploi.

La CGT revendique une politique d'investissements et d'embauches pour répondre aux besoins de toutes et tous.

Montreuil, le 29 mai 2018

Pages