Agrégateur de flux

Les Services Publics coupent l’électricité à LREM !

FNME CGT - sam, 26/05/2018 - 00:00

 

Ce matin, plusieurs centaines de travailleurs de l’énergie, du rail et des services d’entretiens de la région parisienne se sont invités au siège de LREM pour revendiquer le maintien et le développement des services publics.
 
Dans ce cadre, la FNME CGT revendique la coupure électrique du siège de LREM.
 
Les manifestants ont déversé des ordures devant le siège de LREM pour que les élus représentants les 1% des plus riches sentent un jour dans leur vie ce que vivent 99% des autres.
 
La FNME CGT appelle l’ensemble des travailleurs de l’énergie à poursuivre leurs initiatives d’actions, participer à la marée populaire du 26 Mai 2018 et continuer la lutte à l’appel des syndicats composant la FNME CGT après cette date.
 
La FNME CGT revendique la création d’un service public de l’énergie, seule à même de répondre aux besoins d’intérêts généraux. L’énergie n’est pas une marchandise comme les autres, ce ne sont pas les 13 millions de Français en précarité énergétique qui nous contredirons.
 
C’est d’ailleurs le ressenti de nombreux usagers du service public de l’électricité venus à la boutique EDF de la Courneuve occupée depuis mardi 22 mai par la CGT 93 (Union départementale 93, Union Locale de la Courneuve et le syndicat Energie 93), pour exprimer les problèmes rencontrés avec leur facture, leur abonnement, etc. Aujourd’hui, l’entreprise EDF ne leur permet plus l’accès à ce service public de proximité pour en parler, puisque cette boutique comme beaucoup d’autres en France a été fermée sans aucune explication.
 
La FNME CGT a effectué des préconisations pour un service public de l’énergie, élus parlementaires, gouvernement et l’Élysée ont été invités à nous rencontrer sur ce sujet. A ce jour, seuls quelques parlementaires nous ont répondu, l’Élysée, Matignon et le ministère de la transition énergétique font la sourde oreille.
 
Plus que jamais, les électriciens et gaziers sont mobilisés, ils le resteront pour gagner un service public de l’énergie, attachés à un statut de l’énergéticien.
 
Interlocuteurs :
O. Fegueux : 06 77 02 04 62
L. Delpech : 06 84 31 95 80

Nos militants ne sont pas des hors la loi !

La CGT - ven, 25/05/2018 - 15:39
Solidarité

Ce jour, 25 mai 2018, une action interprofessionnelle CGT a été menée dans le cadre des luttes pour la défense des Services Publics et contre les réformes du gouvernement LREM.

Cette action symbolique et pacifique de 300 camarades CGT Énergie, Cheminots, FTDNEEA devant le siège national de LREM visait à démontrer que la société ne peut se passer des Services Publics, et que nos organisations syndicales CGT et ses militants sont déterminés à défendre le Service Public coûte que coûte....

Deux de nos Camarades CGT FTDNEEA, sont actuellement en garde à vue après avoir été mis en joue et menottés.

Ils sont accusés d'un vol de camion benne, accusation totalement absurde que nous nions avec énergie.

Nous apportons notre soutien, notre solidarité, exigeons leur libération immédiate et aucune poursuite.

Le gouvernement Macron méprise les lycéens, les étudiants, les salariés qu'il traite comme des hors la loi.

La CGT et ses organisations ne se laisseront jamais intimider et poursuivront la mobilisation sous toutes les formes qu'elles décideront collectivement.

Montreuil, le 25 mai 2018

Activités internationales n° 302e trimestre 2018

La CGT - ven, 25/05/2018 - 14:18
Activités internationales n° 30

La répression doit cesser

La CGT - ven, 25/05/2018 - 12:01
Arrestations de lycéens parisiens

Mardi 22 mai, à l'issue de la manifestation des lycéens et des étudiants ont occupé le lycée Arago de Paris pour tenir une AG. Cela fait plusieurs semaines qu'ils se mobilisent régulièrement contre la loi ORE et Parcoursup, contre la réforme du Bac et du lycée. Le 22 mai au soir, la nouvelle plate-forme d'affectation post bac délivrait ses premiers résultats, laissant 400 000 jeunes sans réponse et générant angoisse et colère.

Les forces de l'ordre ont été appelées, par la direction du lycée, pour évacuer le bâtiment. Tous les occupants, 101 personnes dont une majorité de mineurs (certains âgés de 15 ans), se sont fait interpeler par la police. Ils ont été retenus dans des cars pendant 5 heures, sans pouvoir ni boire, ni manger, ni utiliser de toilettes, puis placés en garde à vue dans des commissariats de Paris et des environs.

Des parents, y compris ceux d'enfants mineurs, sont restés sans nouvelle, pendant des heures et ont ensuite eu toutes les peines du monde à trouver le lieu de détention de leur enfant pour tenter de le voir.

Au final, il y a 40 déférés majeurs et 27 mineurs, libérés au fur et à mesure de leur passage devant le juge pour enfant, le procureur ou placés sous contrôle judiciaire, certains après plus de 40 heures de garde à vue.

Les seuls faits justifiant une telle répression sont l'intrusion dans un lycée public, sans effraction et sans dégradation avérée !

Cette semaine également, devant le lycée Hélène Boucher un barrage filtrant organisé par les lycéens, en présence des organisations de parents d'élèves, a été dispersé avec une violence absolument injustifiée.

Pour la CGT, la priorité est d'offrir à tous les jeunes des perspectives d'avenir et de formation correspondant à leurs projets, leurs besoins. De donner les moyens au service public d'éducation de les former toutes et tous au mieux quels que soient leur origine, leur lieu d'habitation, leur voix de formation.

La CGT est solidaire des jeunes arrêtés dans le cadre d'une mobilisation collective, de leurs familles plongées dans l'angoisse sans aucune justification. Elle demande au gouvernement de cesser la répression devant et dans les établissements scolaires, les universités et d'entendre les revendications des jeunes et des salariés pour le maintien et l'amélioration du service public de l'éducation et de l'enseignement supérieur.

Montreuil, le 25 mai 2018

Philippe Martinez sur France Inter

La CGT - ven, 25/05/2018 - 10:07
Médias SommaireSamedi 26 mai à 8h20

Philippe Martinez sur France Inter

Emission présentée par Pierre Weill

Philippe Martinez sur BFM TV

La CGT - ven, 25/05/2018 - 10:05
Médias SommaireVendredi 25 mai à 18h40

Philippe Martinez sur BFM TV "BFM Story"

Emission présentée par Olivier Truchot

C'est « NON » pour 94,97 % des 91 068 cheminots qui ont voté

La CGT - jeu, 24/05/2018 - 17:08
Reforme de la SNCF

Contre l'incendie Macron, un tsunami populaire le 26 mai

La CGT - jeu, 24/05/2018 - 17:03
Mobilisation

La dernière boutique EDF de Seine-Saint-Denis occupée pour exiger la réouverture des services publics de proximité

La CGT - jeu, 24/05/2018 - 16:33

Alors que la dernière boutique EDF du département, située à la Courneuve, vient de fermer pendant les vacances de février, des militants des services publics occupent cette dernière, afin de discuter physiquement avec les habitants de Seine-Saint-Denis, mettant en exergue les difficultés qu'ils ont pour accéder aux biens de première nécessité (eau, énergie, santé, éducation …).

Seine-Saint-Denis

Les services publics sont la garantie pour la population d'un accès aux biens de première nécessité (eau, énergie, santé, éducation…), ainsi qu'à une égalité de traitement entre ces derniers. Or, depuis que les services publics sont tour à tour privatisés, remplacés par des ordinateurs et des hotlines, certains territoires sont délaissés.

C'est le cas de la Seine-Saint-Denis, où la dernière boutique EDF du département, située à la Courneuve, vient de fermer pendant les vacances de février. Depuis, des militants des services publics occupent cette dernière, afin de discuter physiquement avec les habitants, mettant en exergue les problèmes qu'ils ont pour régler leurs problèmes quotidiens et accéder aux biens de première nécessité (eau, énergie, santé, éducation …)

La FNME-CGT et la CGT du 93 exige la réouverture des services publics de proximité et vous invitent à venir discuter, assister aux débats, vous renseigner sur vos droits, à la boutique EDF, 27 rue de la Convention, 93 120 La Courneuve (Tram T1, arrêt Hôtel de Ville ou les 6 routes).

Par ailleurs, vous trouverez ci-dessous le programme, ainsi qu'une pétition exigeant la réouverture des services publics de proximité :

Céline Verzeletti sur LCI

La CGT - jeu, 24/05/2018 - 15:03
Médias SommaireVendredi 25 Mai à 10h15

Céline Verzeletti sur LCI "La République LCI"

Emission présentée par Roselyne Bachelot et Julien Arnaud

La CGT se félicite de la libération du président de la KCTU de la Corée du sud

La CGT - jeu, 24/05/2018 - 14:43
KCTU

La CGT se félicite de la libération du Président de la KCTU de la Corée du sud, HAN Sang-gyun, incarcéré depuis plus de 2 ans et demi, libération qui a eu lieu le 21 mai.

Le motif de la condamnation est d'avoir été considéré comme responsable des protestations massives contre les projets régressifs de lois du travail en Corée.

Solidaire avec les travailleur·euse·s coréen·ne·s et leur organisation syndicale depuis le début de leur lutte, la CGT, ses organisations et ses militant·e·s se sont pleinement engagé·e·s dans les campagnes de solidarité, d'initiatives nationales et dans le cadre de la CSI et des Global Union.

La CGT renouvèle son soutien à la KCTU et ses organisations dans sa lutte pour les droits syndicaux et la libération des militant·e·s qui restent emprisonné·e·s.

La CGT célèbre cette importante victoire aux côtés des travailleur·euse·s coréen·ne·s et de la KCTU.

Montreuil, le 24 Mai 2018

Une réforme gouvernementale encore plus dangereuse pour les petites retraites !

La CGT - jeu, 24/05/2018 - 14:37
Retraites

Le 17 mai, la CGT a abordé avec le haut-commissaire aux retraites, M. Delevoye, les questions relatives aux dispositifs de solidarité (chômage, maladie, invalidité) actuellement inclus dans le système de retraite.

Pour la CGT, il faut impérativement renforcer les droits à retraite de ceux qui sont touchés par le chômage et la précarité, la maladie ou l'invalidité ainsi qu'harmoniser vers le haut les minima de pension.

La rencontre a porté sur les problèmes que posent une éventuelle transition des dispositifs d'un système majoritairement par annuités à un système dit universel par points.

Or les trimestres assimilés des régimes de base, dans le privé par exemple, permettent d'atteindre la durée d'assurance requise et permettent des départs en retraite plus tôt et sans décote. Ils atténuent les inégalités persistantes au travail.

Sortir la solidarité de la retraite c'est plonger des dizaines de milliers de salariés en particulier les femmes, dans la misère.

Le haut-commissariat découvre peut-être que quand on veut, comme E. Macron, passer d'un système de retraite par annuités à un autre par points, ce n'est pas simple.

Il n'est pas juste nécessaire de prévoir la transcription des trimestres validés en nombre de points.

Le caractère plus étroitement contributif d'un système uniquement par points conduit à des besoins supplémentaires en volume des dépenses de solidarité.

Changer de système c'est difficile et c'est risqué !

C'est encore plus vrai pour les minima de pension.

Ainsi, un trimestre acquis pour un salaire de 40% du SMIC (150 heures de SMIC), et le calcul sur les meilleures années dans le privé permet d'éliminer de nombreuses périodes de précarité et donc d'élever le niveau des retraites de la sécurité sociale des salariés ayant connu le plus de difficultés.

Les montants consacrés à la solidarité doivent être prévus, ce qui n'est pas automatique dans un régime à points.

Par ailleurs, dans le privé toujours le minimum contributif (688 €) est très inférieur au seuil de pauvreté (1015 € en 2017). La CGT revendique une pension minimum au SMIC net pour une carrière complète.

Or tous les partisans d'une retraite à points expliquent que les dépenses de solidarité ne doivent pas être intégrées à la cotisation. Le patronat exige sans doute encore une baisse des cotisations employeur pour la retraite et plus largement la protection sociale.

L'absence d'objectifs sur le niveau de pension, récurrente dans les séances précédentes de concertation, et les incertitudes sur le volume des dépenses de solidarité, nous confirme, que cette réforme a pour premier objet de baisser les pensions encore plus rapidement que la baisse déjà programmée par les gouvernements précédents.

Pour améliorer les dispositifs de solidarité des régimes et leur efficacité et leur montant, ce que la CGT revendique, il n'y a nul besoin d'une réforme systémique en points.

Montreuil, le 24 mai 2018

La boutique EDF de la Courneuve (93) fermée depuis 2 mois. Occupée par la CGT pour l’intérêt général

FNME CGT - jeu, 24/05/2018 - 00:00

 

Les organisations syndicales CGT (UD 93, UL 93 La Courneuve et syndicat énergie 93) mènent une action syndicale revendicative pour la réouverture des services publics de proximité et notamment la boutique EDF de La Courneuve.
 
Depuis mardi 22 mai 19 heures, ils occupent la boutique EDF et ont ouvert les portes aux usagers des services publics et ceci, jusqu’à vendredi 25 mai.
Les organisations syndicales vous convient à une conférence de presse « bilan », vendredi 25 mai à 15h30, dans les locaux de la boutique EDF :
 

27 rue de la Convention
93120 La Courneuve

 
La CGT avec les usagers revendique la réouverture des services publics de proximité.
 
 
Interlocuteur :
Romain RASSOUW – Secrétaire Général du syndicat Energie 93 – 06.77.02.39.53

Succès pour la journée de mobilisation dans le Fonction publique

La CGT - mer, 23/05/2018 - 17:35

Avec plus de 140 cortèges et rassemblements sur l'ensemble du territoire, réunissant des centaines de milliers de manifestants, la 3e Journée de mobilisation dans la Fonction publique a été un succès. À l'appel des 9 organisations syndicales représentatives, cette dernière démontre que la détermination des agents ne faiblit pas. Retour en images sur cette mobilisation générale, à Paris et en province, avant la marée populaire qui aura lieu partout en France le samedi 26 mai.

Mobilisation du 22 mai

Ce mardi 22 mai 2018, la mobilisation générale dans la Fonction publique a été un succès. Cette 3e journée de mobilisation a eu lieu à l'appel des 9 organisations syndicales représentatives, dans un front unitaire sans précédent, réunissant plus de 140 cortèges et des centaines de milliers de manifestants sur l'ensemble du territoire.

Outre les 3 versants de la Fonction publique, de nombreux autres secteurs professionnels se sont mobilisés à l'instar de l'Energie, du Commerce ou encore des Organismes sociaux. Une nouvelle intersyndicale « Fonction publique » aura lieu le 25 mai pour discuter des suites de la mobilisation.

La CGT réaffirme l'urgence à entendre la contestation et les revendications des agents, notamment autour du dégel du point d'indice, du développement des services publics et de l'amélioration des conditions de travail.

Par ailleurs, la CGT dénonce une nouvelle fois les violences qui ont émaillé la manifestation parisienne, réaffirmant le droit des travailleurs et des travailleuses de la région parisienne de pouvoir manifester normalement, à Paris et partout en France.

Comme le souligne la photo ci-dessous, les cheminots étaient également présents, accompagnés de leur caisse de solidarité pour les grévistes. Sur l'image, une femme s'arrête pour leur donner de l'argent et ainsi participer au combat qu'ils mènent avec détermination depuis quasiment deux mois.

Partout en France ils étaient mobilisés (Bourg-en-Bresse, Bordeaux, Saint-Albans, Poitiers, Perpignan, le havre, Cherbourg, Caen , Clermont-Ferrand, Tours, Pau, Lyon, Besançon, Rouen, Nantes, Perpignan), comme en témoigne les photos ci-dessous, pour exiger une alternative aux politiques funestes menées par Macron.


En vue de la « marée populaire » du 26 mai, la CGT appelle dès à présent les salariés, les privés d'emploi et les retraités à converger partout en France, dans le cadre de cette journée citoyenne, pour dénoncer les politiques mortifères du gouvernement Macron, sur le point d'anéantir une civilisation, attachée à l'existence du service public et de la sécurité sociale.

Le gouvernement programme la baisse des aides sociales : renforçons la riposte !

La CGT - mer, 23/05/2018 - 17:23
Aides sociales

Le ministre de l'économie Bruno Le Maire semble être devenu aussi celui des affaires sociales, et uniquement sous l'angle comptable bien entendu.

Le gouvernement a déjà à son actif la baisse des APL, la précarisation des contrats avec les ordonnances, la remise en cause de l'assurance chômage et de l'accès à la formation professionnelle avec le projet de loi cyniquement intitulé « Liberté de choisir son avenir professionnel », et les projets concernant la réforme des retraites.

Il s'agit bien de casser toute la protection sociale, même imparfaite, pour obliger les salariés à accepter de gré ou de force tous les emplois dégradés que le patronat réclame.

Pourtant des rapports récents (OXFAM sur les dividendes) montrent que les richesses n'ont jamais été aussi grandes en France, ni aussi mal partagées. Il est urgent de développer l'emploi, d'augmenter les salaires et d'améliorer la protection sociale.

Pour faire valoir ces revendication et contrer la casse sociale généralisée, mobilisons-nous toutes et tous, en particulier le 26 mai prochain.

Montreuil, le 23 mai 2018

Rassemblement de soutien aux salariés grévistes du Mc Do de Gare de l'Est

La CGT - mer, 23/05/2018 - 17:20
Commerce
©GoogleMaps

L'Union syndicale CGT Commerce de Paris et la CGT McDo Île-de-France appellent à un rassemblement ce jeudi 24 mai 2018 à 14 heures devant le nouveau tribunal de grande instance de Paris*, en soutien aux salariés du McDo Magenta à Paris, assignés pour faits de grève par leur direction.

Dans un communiqué,ceux-ci reviennent sur la situation pour laquelle ils doivent se présenter au tribunal :

« Depuis le vendredi 11 mai 2018, les salariés du McDo Magenta (Gare de l'Est) sont en grève afin de revendiquer un salaire horaire de base de 13 euros, un 13e mois pour tous, l'arrêt de l'évasion fiscale et le respect du droit syndical.

Au 6e jour de grève, la direction de McDonald's a envoyé une quinzaine de vigiles pour procéder à une évacuation violente du restaurant Magenta. Elle a également assigné devant le tribunal 6 salariés et le syndicat CGT McDo IDF, tentant d'étouffer par la force la mobilisation. »

McDonald's n'en est pas à sa première atteinte aux libertés syndicales et les pratiques courantes de l'enseigne étaient déjà dénoncées en février dernier par les salariés en lutte du McDo de Villefranche-de-Rouergue :

Cette nouvelle tentative d'intimidation de la part de McDo pour étouffer des revendications légitimes ne doit pas obtenir gain de cause.

*Nouveau tribunal de grande instance de Paris, 2945 Avenue de la Porte de Clichy, 75017 Paris – Métro Porte-de-Clichy (Ligne 13).

C'est « NON » pour 94,97 % des 91 068 cheminots qui ont voté

La CGT - mer, 23/05/2018 - 12:56
Réforme de la SNCF

Guillaume Pépy qui prétendait que 80 % des cheminots soutenaient la réforme va devoir réviser ses calculs !
La votation organisée par les syndicats cheminots CGT, Unsa, Sud et CFDT a eu un taux de participation de 61,75 % (soit 91068 votants) et à la question « Etes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ? », 94,97 % d'entre eux ont répondu « NON » !

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue ce mercredi matin, le secrétaire général de la CGT Cheminots, Laurent Brun, a indiqué que la rencontre avec le Premier ministre prévue pour le 25 mai, devrait tenir compte de ce rejet massif du projet de réforme par les principaux intéressés.

200 salariés précaires stagiairisés au Centre Hospitalier d'Alès

La CGT - mer, 23/05/2018 - 11:35

Entre 2016 et 2017 suite à un mouvement de grève, le Centre Hospitalier d'Alès a vu 200 de ses salariés précaires passer en stagiairisation en vue d'être titularisés. Geoffrey Rabier, secrétaire général du syndicat CGT du Centre Hospitalier d'Alès, raconte quelle a été la méthode employée.

Histoires de lutte

22 mai, la détermination ne faiblit pas !

La CGT - mar, 22/05/2018 - 18:14
Mobilisation dans la Fonction Publique

Ce 22 mai 2018 a eu lieu la 3ème journée de mobilisation dans la Fonction publique à l'appel, pour la première fois, des 9 organisations syndicales représentatives dans la Fonction Publique.

Dans le même temps, de nombreux autres secteurs professionnels se sont mobilisés à l'instar de l'Energie, du Commerce ou encore des Organismes sociaux.

Cette journée s'est traduite par 140 cortèges et rassemblements sur l'ensemble du territoire réunissant des centaines de milliers de manifestants.

Selon les premières remontées, les taux de grévistes sont au moins équivalents à ceux du 22 mars, comme en témoigne la forte mobilisation aux finances, chez les ATSEM, ou encore dans l'enseignement. Quelques exemples : à Marseille, pas de cantine scolaires ; à Toulouse, 50% des écoles fermées ; à Lille, centre d'encaissement des Finances publiques bloqué.

Une nouvelle intersyndicale « Fonction publique » est déjà programmée le 25 mai pour discuter des suites de la mobilisation. La CGT réaffirme qu'il y a urgence à entendre la contestation et les revendications des agents, notamment autour du dégel du point d'indice, du développement des services publics et de l'amélioration des conditions de travail. Et c'est possible ! Preuve en est : la France est première au palmarès européen des dividendes versés aux actionnaires avec ces 46,8 milliards d'euros versés en 2018.

La CGT dénonce une nouvelle fois les violences qui se sont déroulées lors de la manifestation parisienne. Les travailleur-euses de la région parisienne ont le droit de pouvoir manifester normalement à Paris comme dans toute la France !

Dès ce jour, la CGT appelle les salariés, les privés d'emploi et les retraités à converger partout en France le samedi 26 mai 2018 dans le cadre de la journée citoyenne « Marée populaire ».

Montreuil, le 22 mai 2018

Pages